Malgré un contexte pétrolier difficile la société franco- britannique, Perenco leader de du secteur scrute l’avenir avec optimisme en déclinant ses ambitions d’augmenter sa production.

Ces sujets ont été au centre des échanges de vues, ce 23 janvier 2018, entre le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet et le Directeur général de la société franco- britannique, Denis Clerc Renaud.

Accompagné du ministre du Pétrole et des hydrocarbures Pascal Houangni Ambourouet, les responsables de la société ont fait le point au chef du gouvernement de leurs activités au dernier trimestre 2017. Notamment, depuis la cession des champs mâtures de Total Gabon à Perenco le 30 septembre à Libreville.

Cette cession d’actifs du groupe pétrolier français s'était concrétisée par la signature d'une convention entre les deux parties, fruit de longues négociations entamées un an plus tôt.

Depuis lors Perenco,  a mis en œuvre « d’importants moyens industriels pour augmenter sa production. » Mieux, l’entreprise jouit de la confiance de l’Etat et « la relation partenariale se porte bien » a- t-il ajouté.

L’industrie pétrolière gabonaise ne souffre « d’aucune ambiguïté » a-t- il dit pour rassurer le Premier ministre. La situation est « stable ». « Nous poursuivons nos efforts et l’avenir sur fond de confiance réciproque » a conclu Denis Clerc Renaud.