La feuille de route déroulée par la filiale gabonaise du major français Total, pour les six premiers mois de l’année 2017, aura été marquée par quatre principaux déterminants.

On retiendra ainsi son recentrage sur ses principaux actifs offshore, son gouvernement d’entreprise et enfin, l’exercice du droit de préemption sur le permis Baudroie-Mérou.

Le 27 février 2017, Total Gabon a annoncé un recentrage sur ses actifs stratégiques offshore avec la cession à Perenco de participations dans cinq champs matures et dans le réseau de pipelines Rabi-Coucal-Cap Lopez.

La production cédée au périmètre de la transaction représente environ 5 000 barils par jour, soit environ 10% de la production SEC de Total Gabon en 2016. La transaction s’établit à 177 M$ (près de 97,35 milliards FCFA) avant ajustements, et reste soumise à l’approbation des autorités, attendue au second semestre 2017.

Le gouvernement d’entreprise

Le 19 mai 2017, l’assemblée générale ordinaire des actionnaires de Total Gabon, réunie à Libreville, a approuvé le versement d’un dividende net d’impôt de 4,5 dollars (2 475 francs FCFA) par action au titre de l’exercice 2016, soit 20,25 M$ (11,136 milliards FCFA).

Ce dividende a été mis en paiement le 9 juin 2017 pour une contrevaleur de 4,03 euros par action sur la base du cours du dollar de la Banque centrale européenne du 19 mai 2017 fixé à 0,8945 euro pour un dollar.

Droit de préemption sur Baudroie-Mérou

Comme annoncé le 24 avril 2017, Total Gabon a finalisé, le 30 juin 2017, l’exercice de son droit de préemption pour acquérir une participation additionnelle de 50% dans le permis de Baudroie-Mérou jusqu’alors détenue par MPDC Gabon Co, Ltd.

Total Gabon, opérateur qui détenait déjà 50% d’intérêts dans ce permis, dispose désormais d’une participation de 100%. Cette transaction s’est établie à 40 M$ (22 milliards FCFA). Elle confirme le recentrage de Total Gabon sur ses actifs stratégiques en mer ainsi que son engagement continu au Gabon.