Une disposition qui pourrait être considérée comme un bémol de la part des employés d’Addax Petroleum Oil & Gas Gabon, dans le différend qui les opposent à la direction générale. 

Trois jours après le lancement de leur grève d’avertissement prévue pour durer quinze jours, les employés de la société Addax Petroleum Oil & Gas Gabon et la direction générale, se sont accordés, au terme des échanges, le 3 avril dernier, pour la mise en place d’un service minimum. Après la signature du procès-verbal de négociations, l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) à indiqué que la balle était désormais "le camp de l’employeur pour la suite ".

Notons que, sous l’égide de l’ONEP, les employés d’Addax revendiquent entre autres, la présence d’un représentant du groupe Sinopec venant de Beijing et ayant un pouvoir décisionnel sur l’ensemble des points du cahier des charges) ; l’octroi d’un bonus en cas de vente des actifs de Sinopec dans APOGG ; l’application stricte et immédiate des points n°4c et n°2b du procès-verbal de conciliation Addax-Onep du 25 avril 2015. Aussi, exigent-ils la valorisation des compétences nationales sur l’ensemble des postes occupés par les expatriés,   la mise en place d’un plan de départ négocié aux conditions pratiquées dans le groupe en 2017.