Au cours de l’année 2017, la production nationale de pétrole brut au Gabon, s’est élevée à 10,503 millions de tonnes, contre 11,485 en 2016, soit une contraction de 8,5%. 

Selon la Direction générale de l’Economie, cette contre-performance est imputable notamment au déclin naturel des champs matures, aux difficultés techniques rencontrées par certains opérateurs, à la grève du personnel ainsi qu’aux exigences de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), pour réduire l’offre mondiale de pétrole. 

Cette contreperformance est également imputable à la stratégie du laisser-faire adoptée par les opérateurs comme Shell et Total, dans l’attente de la finalisation des cessions d’actifs au profit d’ASSALA et Pérenco, qui n’ont eu lieu qu’en septembre 2017, indique la Direction générale des hydrocarbures (DGH).

Dans le même temps, le repli de la production nationale a induit une baisse des exportations passant de 10,530 millions de tonnes en 2016 à 9,443 millions de tonnes en 2017. Soit un repli de 10,3%. Côté clients, l’Asie reste la principale destination du brut gabonais, avec plus de 76% de parts, suivie de l’Europe et de l’Amérique latine & des Caraïbes.