Le projet de loi portant réglementation de ce secteur d’activités a été présenté à l’Assemblée nationale. 

L’audition du député Jean Claude Simepoungou, 27 décembre 2017, portait sur une proposition de loi en rapport avec une réglementation des professions des transporteurs routiers et auxiliaires des transports. Il s’agissait, en clair, de rendre formelle une série d’activités connexes de ce secteur.

Son argumentaire s'est appuyé sur le fait que « le secteur des transports routiers a pris une ampleur considérable dans notre pays ces dernières années. Secteur majeur de l’activité économique, il a malheureusement été peu ou sous-encadré. La présente proposition de loi ambitionne donc de fixer, dans un cadre normatif supérieur, les dispositions encadrant la professionnalisation (…) et d’encourager la gabonisation de ce secteur ».

De manière précise, cette proposition de loi divisée en cinq chapitres et comportant 19 articles, porte sur son champ d’application, la professionnalisation et la nationalisation du secteur, les exigences de formation, les infractions et sanctions encourues par les contrevenants et bien d’autres points. Le tout, dans le « strict respect des règles communautaires et des conventions internationales ».

Au final, la proposition a été jugée acceptable pour examen approfondi par les députés. Et selon son auteur, « Il faudrait maintenant que les collègues députés puissent regarder le texte dans le fond, l’amender, ou l’améliorer, ajouter ce qui a été oublié. C’est un texte qui a suscité beaucoup d’intérêts du fait qu’il impliquera la responsabilité des uns et des autres », a déclaré Jean Claude Simepoungou, au sortir de son audition.