Se sentant, pieds et mains liés, avec, sept mois sans salaires et les difficultés qui vont avec, les agents de la Société gabonaise de transport (SOGATRA) menacent d’entrer en grève générale sans service minimum, pour interpeller Ali Bongo face à leur situation.

Depuis plusieurs années, la SOGATRA peine à tenir le bon bout pour sa bonne marche. L’intervention des responsables de cette entreprise comme celles de différents ministres qui se sont succédés au ministère des Transport, n’ont pas changé grand-chose. Résultat, les agents peinent à rentrer depuis 7 mois, en possession, de leurs salaires. Une situation qui les a emmenés à solliciter l’intervention d’Ali Bongo, président du Gabon, dans cette crise.

«Nous appelons à la médiation du président de la République en vue du règlement des salaires des agents de la SOGATRA car, nous n’en pouvons plus, nous n’arrivons plus à joindre les deux bouts depuis très longtemps déjà. Pour cela, nous allons cesser toute activité, même le service minimum », a confié Gaston Ledoumou Ndoudi.

 

Un appel à l’aide qui intervient alors que, il y a quelques semaines, Justin Ndoundangoye, ministre des Transports et de la logistique, a donné les résultats d’un audit effectué des semaines plutôt. Celui-ci faisait état d’une disparition de plus de 4 milliards de FCFA, des caisses de la SOGATRA, entre 2016 et 2017, et d’une gestion « calamiteuse » de l’entreprise par ses anciens responsables et promettait des sanctions pour que, les uns et les autres répondent de leurs actes. En attendant, les pères et mères de famille, agents de la SOGATRA, continuent de tirer le diable par la queue.

 

Il est à noter que, les charges mensuelles de la SOGATRA sont estimées à 671 millions de FCFA pour un chiffre d’affaire de 50 millions, avec une main d’œuvre devenue « insupportable » pour l'entreprise. Ce qui n’est pas pour arranger les choses dans un contexte dans lequel, le pays lui-même est lancé dans ne restructuration de ses finances en vue d'une croissance stable de son économie.