Il aura pour principale mision, de permettre un suivi régulier des échanges commerciaux sur le trafic ferroviaire.

La directrice générale du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), Liliane Ngari a procédé à l’ouverture officielle du bureau de suivi et d’encadrement du trafic ferroviaire de marchandises, le 2 août dernier, dans les locaux de la Société d’exploitation du Transgabonais (SETRAG). Son ouverture fait suite aux nombreuses limites observées dans le trafic de marchandises dans le secteur ferroviaire. Selon Liliane Ngari, «ce bureau permettra au CGC d’encadrer le transport de marchandises par rail, à travers la maitrise de l’ensemble des flux quantitatifs et qualitatifs générés par le commerce intérieur et de suivre l’évolution des coûts des services appliqués sur la desserte de notre chemin de fer».

De ce fait, les expéditeurs de fret par rail, devront désormais préalablement déclarer les données de leurs cargaisons, avec pour objectif, la collecte des données statistiques relatives aux flux de marchandises qui circulent entre l’Estuaire, le Moyen-Ogooué, l'Ogooué Ivindo, l’Ogooué-lolo et le Haut-Ogooué, mais aussi pour faire une évaluation de leur contribution économique dans le secteur.

Ce bureau va donc favoriser l’analyse et l’évaluation des services offerts et la correction des imperfections de ce marché du fret. Cependant, pour que cela se fasse de façon bien organisée, il sera remis aux exploitants de ce secteur, un bordereau obligatoire pour toutes les expéditions. Il est à noter que, l’ouverture de ce bureau est encadré par l’ordonnance n°008/ PR/2014 du 20 Août 2014 portant réorganisation du Conseil gabonais des chargeurs, ratifiée par la loi n°26/PR du 26 janvier 2015, qui élargit ses missions sur tous les modes de transport, au niveau national et international. En clair, cette ordonnance participe à la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière de transport.