Lors d’une rencontre avec de hauts responsables gouvernementaux gabonais, une délégation d’Air France-KLM a annoncé que la compagnie va s’impliquer aux côtés de la société Olam Gabon pour la réussite du projet du nouvel aéroport de Libreville.

C’est pour tenter de remédier à cette situation que 25 ministres africains et d’autres acteurs du domaine de transport se donnent rendez-vous du 13 au 15 novembre 2018 à Marrakech au Maroc. 

Se sentant, pieds et mains liés, avec, sept mois sans salaires et les difficultés qui vont avec, les agents de la Société gabonaise de transport (SOGATRA) menacent d’entrer en grève générale sans service minimum, pour interpeller Ali Bongo face à leur situation.

Dans le cadre du renforcement de son dispositif roulant, la société d’exploitation du Transgabonais (SETRAG) vient de se doter de six nouvelles voitures.

Une délégation équato-guinéenne, a séjourné, du 31 juillet au 3 août dernier au Gabon. But de cette visite, apprendre du fonctionnement du Conseil gabonais des chargeurs, pour la relance de celui de la Guinée-équatoriale.

Il aura pour principale mision, de permettre un suivi régulier des échanges commerciaux sur le trafic ferroviaire.

Dans le cadre de la construction d’un aéroport de pointe à Nkoltang, à quelques kilomètres de Libreville, le 1er août dernier, le groupe EGIS, a fait son entrée dans le partenariat de gestion, avec Gabon Special Economic Zone (GSEZ) dans ce projet.

Pour exprimer leur mécontentement face au projet de leur direction générale de transférer leurs droits à GSEZ airports, nouveau gestionnaire de l’aéroport de Libreville, les employés de la société ADL, ont décidé d’entamer une grève.

Pour freiner les accidents sur la voie ferrée entre Libreville et Franceville, la Setrag, 'société d'exploitation du Transgabonais), filiale du groupe minier français Eramet entend dans les tous prochains jours, lancer une campagne de sensibilisation et de sécurité à hauteur de 10 milliards de FCFA.

La liste noire des compagnies aériennes faisant l’objet d’une interdiction ou d’une restriction d’exploitation dans l’espace aérien européen vient d’être actualisée. Six compagnies gabonaises y figurent.

A la limite entre la province de l'Estuaire et celle du Moyen-Ogooué, le 13 mai courant, la route s’est effondrée au niveau de ''Four-Place'', rendant ainsi la circulation impossible.