Après un an d’activité, le GSEZ minéral port a réalisé 1,73 million de tonnes entre l’import et l’export et entend porter cette réalisation à 4millions de tonnes en 2018

 

Le GSEZ Mineral port, le port minéralier construit par Olam u Gabon, s’est voulu une aubaine pour le pays, qui ne disposait que d’un seul port minéralier. Celui de la Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG) servant à l’exportation de son manganèse. Selon Alain Joshua, directeur d’exploitation de GSEZ minéral port, il a été conçu pour permettre aux autres exploitants miniers de « bien faire passer leurs produits ».

Le port a commencé ses activités en juillet 2015 avec l’aménagement du site pour avoir une extension pour gagner 30 km sur la mer. En août 2016, il a été inauguré par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, pour le commencement de la première activité commerciale. « Aujourd’hui le Port travaille avec trois grands clients qui sont CITIC, ils sont situés à Ndjolé. Nous travaillons également avec NGM du côté de Moanda et la CIMAF ici à Libreville, la cimenterie du Gabon », a indiqué Alain Joshua.

Les activités commerciales ont concrètement démarré le 1er janvier 2017 avec la réception du premier navire chargé de clinker. Un an après, l’activité a pris de l’ampleur. « Nous avons réalisé pour la première année seulement, 35 navires entre l’import et l’export, et nous avions fait un tonnage de 1,73 million de tonnes. Nos objectifs, au départ, étaient de faire uniquement 1,2 million de tonnes. Un objectif dépassé », a déclaré Alain Joshua. Ce qui représenterait environ 4 000 milliards FCFA.

Pour l’année 2018, les objectifs sont plus ambitieux. L’entreprise compté réaliser « 4 millions de tonnes entre l’export et l’import », a annoncé Alain Joshua. Un peu plus du triple de l’année 2017 en termes de gains. GSEZ Mineral port compte aussi « mettre en place un extracade comme au port de la COMILOG afin de pouvoir charger et décharger depuis le large, directement nos navires ». Il se positionne comme un outil au service du développement du secteur minier gabonais et entend améliorer les capacités offertes par ce pays pour offrir des capacités logistiques pour les miniers installés au Gabon souhaitant exporter leurs productions.

Le port emploie 166 personnes dont 35 expatriés en termes d’emplois directs et environ 200 en termes d’emplois indirects. Les attentes à long terme sont entre autre de créer encore plus d’emplois mais aussi, « être le premier et meilleur port dans la sous-région et pourquoi pas dans le monde ». « Nous comptons arriver à faire 40 millions de tonne de produits miniers passant par ce port », a signifié Alain Joshua.