Les ministres de l’Economie, Régis Immongault, de la Santé, Denise Mekam'ne Edzidzie et de l’Education nationale, Nadine Patricia Anguile, se sont penchés sur ce dossier le 29 décembre 2017. 

Le processus de la mise en œuvre des Projets d’investissement dans le secteur éducatif (PISE) et d’appui au plan national de développement sanitaire (PASS II) financés par l’Agence française de développement (AFD), va repartir de plus belle. C’est ce que l’on peut retenir de la séance de travail qui a réuni les membres du gouvernement en charge des secteurs concernés par ces programmes d’investissements, le 29 décembre 2017.

Fruit de la coopération entre l’AFD et le Gabon, ce processus qui a débuté le 22 mars 2016, avec la signature de deux importantes conventions de financement à hauteur de 133 milliards FCFA destinés aux secteurs santé et éducation, va être relancé, suite à l’apurement par le gouvernement des arriérés dus à l’AFD.

Les sillons de cette reprise ont été tracés, lors de cette séance de travail du 29 décembre dernier. Laquelle a permis d’élaborer un nouveau chronogramme de déploiement desdits projets, afin de les relancer à très brèves échéances

Le financement PISE évalué à 101 milliards FCFA (154 millions d’euros) est destiné à la construction et à l’équipement de 9 collèges et 8 écoles primaires à Libreville et Port-Gentil, soit environ 500 classes supplémentaires. 

Le PASS II quant à lui, financé à hauteur de 33 milliards FCFA (50 millions d’euros) concernera quatre provinces : l’Ogooué Ivindo, le Woleu Ntem, la Ngounié, et le Haut-Ogooué. Son objectif est la réhabilitation et l’équipement de 27 centres de santé dans lesdites provinces, et d’actions de renforcement de capacité et de formation du personnel médical.

Par ces financements concessionnels, la France soutient le Gabon dans la mise en œuvre d’une politique dynamique et volontaire d’infrastructures sociales ; les financements à long terme de l’AFD constituant une réponse adaptée aux contraintes économiques actuelles.

Avec un total actuel d’engagements de 498 milliards FCFA, l’Agence française de développement se positionne comme l’un des principaux partenaires au développement de la République gabonaise.