Les nouveaux locaux du siège ont été inaugurés lundi 7 août 2017 par le Premier ministre gabonais.

Bâti sur une superficie totale de 2 482 mètres carrés, le nouvel édifice abritant les services du secrétariat général de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (CIMA) s’impose désormais avec ses 31 mètres de haut au cœur de la capitale gabonaise. Il comprend un rez-de-chaussée et sept étages, ainsi qu’un sous-sol de 900 mètres carrés réservés au parking et aux archives de la CIMA.

Selon le maître d’ouvrage, ce joyau architectural « remplit les normes internationales en matière de modernité ». En termes de répartition, les services du secrétariat général occupent les trois derniers niveaux. Et chaque étage abrite une quinzaine de bureau, trois blocs sanitaires et trois locaux techniques.

Ce projet a été financé par le Conseil des ministres des assurances (CMA), à partir d’un emprunt privé contracté auprès des sociétés d’assurances et de réassurances implantées dans les 14 Etats membres de la CIMA.

Prenant la parole au cours de cette cérémonie, le secrétaire général de la CIMA, Nchare Issofa a indiqué que les premiers honneurs reviennent à l’Etat gabonais, sans lequel ce projet de siège n’aurait jamais vu le jour.

« A travers cette réalisation communautaire, les Etats de la CIMA réaffirment leur engagement à poursuivre le chalenge qu’ils se sont donnés au moment de la création de cet organisme le 10 juillet 1992, à Yaoundé au Cameroun », a-t-il indiqué.

Le président du Conseil des ministres de la CIMA, Sani Yaya a également exprimé sa satisfaction et loué l’implication des autorités gabonaises quant à l’heureux aboutissement de ce projet. « C’est un vrai motif de satisfaction », a-t-il déclaré.

Avant de poursuivre : « cet immeuble flambant neuf et futuriste représente un puissant outil de travail et, surtout, d’intégration régionale. Il témoigne enfin de l’engagement sans faille des autorités gabonaises, pour le bon fonctionnement de la CIMA. Et qui, il y a 22 ans, avaient accepté d’abriter le siège de cette institution ».

Au cours de la visite guidée de l’édifice, le Premier ministre Issoze Ngondet a invité les responsables de la Conférence interafricaine des marchés d’assurance de tout mettre tout en œuvre pour que cet outil soit utile pour la CIMA et l’ensemble des usagers. Afin que l’on puisse confirmer la solidité du marché des assurances en zone CIMA.

Le chef du gouvernement gabonais a enfin réaffirmé « la fierté du Gabon » d’avoir pris part à cette grande et noble entreprise, née en 1978 avec l’ancienne conférence internationale des contrôles d’assurances lors du transfert de son siège de Paris à Libreville et conclu par la signature de l’accord de siège le 07 septembre 2007, remplaçant ainsi celui paraphé il y’a 39 ans.

Sont membres de l’organisation, les pays suivants : Bénin, Burkina, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo, Cote d’Ivoire, Gabon, Guinée Equatoriale, Mali, Niger, Sénégal, Tchad et Togo.