Les deux structures se sont engagées à mutualiser leurs efforts pour renforcer la sécurité alimentaire des consommateurs gabonais. 

Spécialisée dans la sécurité alimentaire, l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (AGASA) a pour mission l’évaluation et la prévention des risques nutritionnels et sanitaires des aliments. Une mission qui requiert l’intervention de plusieurs acteurs de la chaine alimentaire. 

C’est tout l’intérêt du contrat signé le 12 décembre 2017, entre le directeur général du Conseil gabonais des changeurs (CGC), Liliane Nadège Ngari épouse Onanga y‘Obegué et le directeur général de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (AGASA), Sylvain Patrick Enkoro. 

A travers cette convention, les deux entités s’engagent à mutualiser leurs efforts pour le partage d’informations dans le but d’accroitre l’efficacité des mesures de prévention et de gestion des risques de sécurité alimentaire et phytosanitaires au Gabon. 

« Cette convention de partenariat est notre socle commun de travail ; elle témoigne de notre volonté conjointe de mener des actions de soutien à la politique du gouvernement, dans une démarche d’échanges, de dialogue et de coopération », précise Liliane Nadège Ngari. 

Celle-ci se caractérise par le partage d’informations, de formations, de procédures de travail et d’exigences à l’import-export des certificats phytosanitaires, sanitaires, vétérinaires parmi les documents requis par le CGC pour l’obtention du bordereau d’identification électronique des cargaisons (BIETC) pour les produits phytosanitaires alimentaires entre autres. 

De manière spécifique, le CGG s’engage à encadrer et assurer la traçabilité des cargaisons, anticiper sur la connaissance des marchandises importées au Gabon et assurer l’assistance et la protection des chargeurs.  De son côté L’AGASA entend accentuer le rôle qui lui est dévolue.  « Le partenariat est signé, il reste à se mobiliser journellement pour sa mise en œuvre », a déclaré Sylvain Patrick Enkoro.