La décision a été prise par je gouvernement afin de protéger la production nationale et de sauver des emplois.

La 9e réunion du groupe de travail planche sur l’harmonisation des outils devant aider les décideurs à statuer sur le développement d’un marché continental en Afrique.

En dehors du niveau des prix des produits alimentaires qui a enregistré une légère (-0,1%), celui de tous les autres pans de la consommation a connu une envolée notoire.

Trois ONG pointent accusent le concessionnaire français d’être à la base des prix élevés de certains produits de première nécessité. Bolloré a fini par baisser les frais d'aconage au port d'Owendo.

Viandes, volailles, céréales, produits laitiers et huiles végétales ont vu leurs cours mondiaux augmenter en mai, en dehors du sucre. Ce qui augure des risques d’inflation des prix des aliments vendus dans les marchés, notamment au Gabon qui est essentiellement tributaire de ces denrées.

La situation est due au difficile contexte économique ainsi qu’à la concurrence en provenance d’Asie.

Malgré une baisse de plus de 543 milliards FCFA des recettes d’exportations du fait de l’effondrement des ventes du pétrole, la capacité de résilience du pays reste difficile à éprouver. 

Les experts demandent aux Etats de prendre des mesures impératives afin que l’espace économique de plus de 150 millions d’habitants soit opérationnel et pourvu de mécanismes de financement autonome.

La levée de certaines barrières non-tarifaires devrait ouvrir de nouvelles perspectives pour l’économie gabonaise, caractérisée par des secteurs agricole, industriel et énergétique en pleine phase de développement.

Le directeur général de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (AGASA) fait le point des mesures prises par les pouvoirs publics pour faire face à la menace des protéines animales avariées en provenance du Brésil. Il annonce qu’en plus de ces saisies, d’autres dossiers d’importations sont actuellement examinés et pourraient eux aussi faire l’objet de saisies ou de refoulement.