Accusée par certains opérateurs économiques de la ZERP de Nkok de faire preuve de lenteur administrative, la douane gabonaise a annoncé une série de mesures pour améliorer et booster ses activités dans ledit espace.

Les griefs portés sur les services de la douane portent essentiellement sur la délivrance des documents relatifs à l’origine et à l’empotage des produits, au fonctionnement du système informatique de gestion de la douane. Face à cette situation qui obèrerait les performances de la Zone économique à régime privilégié (ZERP) de Nkok, le directeur général des douanes et droits indirects, Raymond Okongo a annoncé un certain nombre de mesures.

mais en expliquant les raisons de ce dysfonctionnement, il a indiqué qu’il était dû au déficit d’informations sur les missions du port sec de la ZERP. Notamment sur le contenu, la provenance des conteneurs et de leurs destinations par exemple, la réticence des douanes à délivrer des documents administratifs nécessaires à l’expédition à l’international desdits conteneurs était perçue comme une absence de coopération de leur part.

En termes de correction, le directeur général des douanes gabonaises a annoncé la tenu d’une séance de travail dans les prochains jours, avec les gestionnaires de la ZERP élargie à quelques membres de son équipe, pour clarifier les missions de ce Port sec et la création, dans six mois au plus tard, d’un point d’informations dédié aux investisseurs internationaux.

Il a également proposé d’aménager un magasin sous douane, pour la ZERP dont l’objet sera de recevoir les marchandises sous sujétion douanière et des saisies opérées par le service.

Pour une meilleure attractivité des investisseurs, il a enfin précisé que, « l’administration des douanes accompagnera l’Agence nationale de promotion des investissements dans cette initiative de sorte que tout investisseur qui arrive, a tout de suite accès aux informations réglementaires et pratiques relative au dédouanement, aux importations et exportations de marchandises et aux mouvements de devises en République gabonaise ».