Port-Gentil a abrité, les 5 et 6 décembre 2017, un Forum d’échanges entre les opérateurs économiques du secteur pétrolier et l’Office national de l’emploi(ONE), avec pour objectif de définir les profils des formations adaptées  à leurs besoins. 

Initiées par l’Office national de l’emploi (ONE) et financées par Gabon oïl Compagnie (GOC), le Forum du secteur pétrolier tenu à Port-Gentil dans la province de l’Ogooué-maritime avait pour objectif de répondre à la question de savoir « Quelle offre de service pour les employeurs ? ».

En présence du ministre du Travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, Carmen Ndaot, les professionnels du secteur pétrolier réunis autour de l’Union pétrolière du Gabon (UPEGA) ont été édifiés sur le rôle primordial qu’ils devraient jouer dans l’impulsion du Plan de relance de l’économie (PRE). Un  apport qui cadre avec la nécessité d’intégrer les jeunes dans les chaînes de valeur et constitue un élément clé permettant aux populations de profiter pleinement des opportunités offertes par les entreprises pétrolières.

Dans cet échange, l’UPEGA a également saisi l’opportunité pour mettre en évidence les difficultés rencontrées dans le choix de leurs futurs collaborateurs et relever les défis d’une nouvelle approche, durable et inclusive. 

La ministre du Travail a précisé que l’enjeu est de taille pour le Gabon. Il revient donc à ces opérateurs économiques de proposer les meilleures solutions et les stratégies les plus appropriées pour booster l’emploi. De fait, a-t-elle poursuivi, les assises de Port-Gentil doivent servir de catalyseur pour réaliser la création d’emplois, levier incontournable pour réduire considérablement le chômage et améliorer les conditions de vie des concitoyens.

« Ces échanges constituent des cadres de discussions par excellence pour lever les goulots d’étranglements observés dans la mise en œuvre des prestations aux demandeurs d’emploi », a soutenu Carmen Ndaot. 

La rencontre se justifie en ce sens qu’en sa qualité de service public de l’emploi, l’ONE doit s’appliquer à rendre concrètes les priorités du gouvernement en la matière. Ce qui passe par  l’identification de nouvelles prestations visant à faire de l’employeur le principal acteur de l’intermédiation. Il s’agit notamment de la reconsidération de l’offre de service aux employeurs et de la redynamisation du partenariat avec les entreprises du secteur pétrolier afin d’adapter son offre de service aux besoins réels des employeurs.