Dans l’objectif de disposer d’une main d’œuvre locale qualifiée, le président de la République a procédé à la pose de la première pierre du Centre de formation et de perfectionnement professionnel (CFPP) dans la Zone économique à régime privilégié de Nkok (ZERP).

Fruit de la coopération sino-gabonaise, ce Centre de formation et de perfectionnement professionnel de Nkok (CFPP), est le premier d’une série de trois centres de formation de référence qui seront construits dans les provinces de l’Estuaire, de l’Ogooué Maritime et du Haut-Ogooué.

Pour Ali Bongo Ondimba c’est une étape majeure dans le développement du pays. « Nous devons avoir des compatriotes bien formés pour répondre aux exigences des marchés compétitifs. Cette main d’œuvre qualifiée locale va nous permettre d’accélérer le programme de transformation des matières premières et la diversification de l’économie gabonaise », a déclaré le président de la République vendredi 11 août 2017 lors de la cérémonie de pose de la première pierre dudit centre.

A l’instar des prochains centres, celui de Nkok dispose de plusieurs filières professionnelles : génie mécanique, électronique, et civil, ingénierie des machines agricoles et aéronautiques, climatisation, soudage, maintenance des ordinateurs, menuiserie, etc. Ces filières seront adaptées et modulables en fonction des besoins des entreprises et coordonnées avec un dispositif d’appui à l’orientation.

Initié lors de la première édition du New York Forum Africa, en 2012, le projet de construction de trois Centres de formation et de perfectionnement professionnels a été porté par le président Ali Bongo, jusqu’à la signature de sa convention au New-York Forum Africa en 2013. Il a été confirmé à l’occasion de la visite d’Ali Bongo Ondimba en Chine, en décembre 2016.

Cet accord sino-gabonais, financé à 85 % par EximBank Chine et à 15 % par l’Etat gabonais, comprend la construction de trois centres à Nkok (Estuaire), Ntchengué (Ogooué-Maritime) et Mvengué (Haut-Ogooué), pouvant accueillir chacun sur quelque 20 000 mètres carrés, un millier de candidats aux diplômes de technicien et de technicien spécialisé, ou à de simples formations qualifiantes.

Selon les autorités, cette nouvelle approche vise à apporter une réponse au manque de main-d’œuvre qualifiée et à la problématique du chômage des jeunes. Elle adapte l’offre de formation professionnelle à la demande réelle de l’économie nationale. Le dispositif de formation au sein du Centre de formation et de perfectionnement professionnel est piloté en partenariat avec le secteur privé.

Pour rappel, les travaux de construction ont été confiés au groupe chinois AVIC International Holding, un conglomérat public chinois de près de 500 000 employés composé d’une centaine de filiales et de vingt-sept sociétés cotées en bourse.