Confrontée aux soucis financiers et structurel, la Société gabonaise Pizo de formulation de lubrifiants (Pizolub), spécialisée dans la  production et la commercialisation de lubrifiants et emballages va procéder au redressement de la compagnie qui, selon la direction générale, aurait perdu en quatre ans 60% de son chiffre d’affaires.

En poste depuis le mois de mars 2018, le nouveau Directeur général, Joël Pono  Opape (photo), considère que «Pizolub a besoin d'accords de coopération avec des marqueteurs mais  également un appui financier». Une réforme d’autant plus que nécessaire que le marché gabonais des lubrifiants représenterait de  9.500 à 10.000 tonnes réparties en 7.000 tonnes pour le groupement des professionnels pétroliers gabonais (GPP) et 2.500 à 3.000 tonnes pour les indépendants ou importateurs divers.

Pour rappel, Pizolub a été créée le 15 septembre 1978, dans le cadre de la Provision pour investissements diversifiés / Provision pour investissement hydrocarbures (PID.PIH) financés par l'Etat gabonais.

Basées à Port-Gentil, ses activités sont également orientées vers la fabrication de fûts métalliques et bidons en plastique et le conditionnement d`huile de graissage, les lubrifiants automobiles et industriels. Quant au capital de Pizolub, il est de de 500 millions de francs CFA réparti entre l'Etat  gabonais (52,83%); Engen Gabon (28,15%); Total Gabon (10,28%); Libya Oil Gabon (8,72%); et autres (0,02%).