Pour définir de manière claire, les droits et les devoirs de la hiérarchie de la Caisse de stabilisation et de péréquation du Gabon (CAISTAB) et son personnel, une convention a récemment été signée entre les deux parties.

Dans le cadre du dialogue social engagé il y a 10 mois à la CAISTAB,  directeur général, Ismaël Ondias Souna et les leaders syndicaux de cette entité ont récemment paraphé une convention définissant de manière claire, le fonctionnement de la structure dans l’optique d’atteindre de meilleures performances, dans le respect des droits et devoirs de l’employeur et de ses employés.

«La signature de cette convention est l’aboutissement d’une collaboration entre les partenaires sociaux et la direction. Elle a pour objectif à terme d’encadrer les relations entre  les différents partenaires que nous sommes et est en adéquation avec le souhait du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba de faire du principe de méritocratie un véritable leitmotiv du développement du Gabon», a déclaré  Ismaël Ondias Souna, au cours de la cérémonie de signature.

Une « réelle avancée » pour les employés du fait que, cette convention devra permettre, la sécurisation des emplois par la mise en place de contrats de travail en lieu et place de lettres d’engagement jusque-là signées par les employés, l’uniformisation des contrats d’embauche et de rupture de contrat de travail, la création d’un comité de gestion des emplois bipartite. Même si pour eux, un petit doute persiste sur le respect strict, par l’employeur de cet outil qui, pourtant, peut être bénéfique pour les deux parties, si celle-ci s’y engage réellement.