Cette montée d’escalade fait suite à l’échec des négociations entamées entre les parties concernées par cette crise et ce, malgré l’implication du ministre du Travail, Arnaud Engandji.

Le 25 juin dernier, les employés de total Gabon déposaient un préavis de grève à la suite duquel, des négociations ont été entamées entre les différentes parties avec l’implication du ministre du Travail, Arnaud Engandji. Plusieurs semaines après le début de celles-ci et constatant « l’échec des négociations » du fait qu’aucun des points dans le cahier de charges des employés n’aient été satisfait, l’Organisation Nationale des employés du pétrole (ONEP), a annoncé, le début ce lundi 9 juillet, d’une grève de 15 jours.

« Le bureau national vous informe, par la présente, du déclenchement d’une grève qui durera quinze (15) jours et qui couvrira l’ensemble des installations où opèrent les employés de Total Gabon société du groupe Total (Libreville, Port-Gentil, sites Anguille, Torpille, Ile Mandji et Cap Lopez) dès ce lundi 9 juillet à partir de 5 heures précises », indique le communiqué de l’ONEP adressé aux employés de cette boite.

Dans le même communiqué, l’ONEP dit sa disponibilité pour la négociation des conditions d’un service minimum tel que le prévoit la loi gabonaise dans le secteur pétrolier. Un service minimum qui ne concernera pas, la production. C’est donc à travers un procès-verbal que les noms et postes des personnes devant assurer le service minimum seront indiqués. Les autres dont les noms ne figureront pas dans le procès-verbal seront exceptés de toutes taches.

Il est à noter que, parmi les points inscrits dans le cahier de charges, il y a entre autre, l’évolution des carrières, la classification socioprofessionnelle des employés, le paiement du 13e mois, d’un bonus, l’élaboration d’un nouveau système de rémunération, la mutation du personnel des sites vers la base, le paiement de la prime de responsabilité.

Les employés dénoncent aussi, la violation du décret du 26 mars 2016 concernant l’emploi des expatriés, la violation de la loi n°20 du 15 janvier 2008 sur la mise à disposition du personnel et la mise en place d’un plan de départ négocié.Toutefois, l’ONEP s’est dit disposée à continuer dans la recherche de solutions pour une sortie de crise véritable. Pour rappel, le Gabon produit environ 200.000 barils de brut par jour, selon des chiffres américains. Total produit dans ce pays environ 54.000 barils par jour.