La conciliation négociée récemment par le ministre du Pétrole, Pascal Houangni Ambouroue entre la direction générale d’Eurest supports services SA (ESS Gabon) et ses ex-employés, n’aura duré que le temps d’une rose.

En effet, selon le site d'informations Directinfosgabon.com, la direction générale d’Eurest supports services SA vient de décider de rompre avec «effet immédiat» et «sans règlement conclu d’un accord en commun » son contrat avec la société pétrolière Assala Energy, dont l’échéance était prévue la fin du mois de mai 2018. L’annonce a été rendue publique le 2 mars 2018, via une correspondance adressée aux employés de cette filiale du groupe Compass.

A l’origine de cette cessation, la société de Catering affirme que le gouvernement gabonais et Assala ont radicalement rejeté sa proposition malgré les discussions entamées en présence des représentants syndicaux. Cette décision intervient deux semaines (16 février) après la signature d’un accord entre les délégués du personnel et les responsables d’ESS Gabon sous la supervision du ministre du Pétrole Pascal Houangni Ambouroue.

Le ministre avait, pourtant, affirmé avoir obtenu de la part d’ESS Gabon, une rallonge de 328 millions de francs et neuf mois de salaires en termes d’indemnités de bonne séparation en faveur de 378 employés. Une médiation menée volontairement en l’absence de l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) et qui, au final, s’est révélée infructueuse.

« Malheureusement, en dépit du fait qu’ESS Gabon a fait une offre qui va au-delà de ce qui était obligatoire selon les termes contractuels, le gouvernement et Assala ont rejeté la proposition. De plus, Assala n’a pas pu fournir de plan adéquat ou des assurances concernant la sécurité de nos employés expatriés. En conséquence, ESS Gabon n’a pas d’autres options que terminer le contrat avec effet immédiat et sans règlement conclu d’un commun accord. C’est une situation tout à fait regrettable. Nous nous sommes engagés à trouver une solution qui marche pour toutes les parties, et donc, nous sommes profondément déçus d’être obligés de prendre cette action de dernier recours. Nous voudrions vous remercier, notre personnel, pour votre soutien et votre engagement particulièrement pendant ces derniers mois.», a indiqué le directeur générale d’ESS Gabon, Russell Pritchard, tout en précisant que sa société va payer les droits de ses travailleurs en conséquence de cette résiliation.