C’est qu’indique un arrêté signé conjointement ce 10 janvier 2018, par les ministres de l’Economie et celui de la Mer. 

Bonne nouvelle en ce début d’année pour les ménages gabonais. Dans le cadre de la lutte contre la vie chère, les ministres de l’Economie, Régis Immongault et de la Mer, Pacôme Moubelet Moubeya, ont conjointement signé un arrêté le 10 janvier 2018, déterminant les nouveaux prix de vente publics au kilogramme. 

Cette importante décision qui court sur six mois, détermine les prix de vente publics au kilogramme, des différentes espèces de poisson maritime à Libreville, Owendo et Akanda. Divisés en six catégories, la baisse du prix de poisson se situe pour toute l’opération, entre 500 et 1000f sur chaque kilogramme.

Selon l’arrêté, la catégorie 1 (capitaine, disque gros, dorade grise, mérou, rouge, sole), le kilogramme est fixé à 2500f en cas d’achat à la pirogue, à 3000f si l’achat se fait au Centre d’appui à la pêche de Libreville (CAPAL) et de 3300f pour tout achat chez le détaillant résident à Libreville, Owendo et Akanda.

Pour ce qui est de la catégorie 2 (bar, bécune, bossu, disque moyen, dorade rose, machoiron d’eau douce, mulet), le prix du kilogramme est fixé à 2000f pour tout achat à la pirogue, à 2500f pour tout achat au CAPAL et à 2800f chez n’importe lequel des détaillant des communes suscités.

Dans la catégorie 3 (faux capitaine et carpon), les prix du kilogramme à la pirogue, au CAPAL et chez les détaillant sont respectivement de, 1500f, 2000f et 2300f.

Apres cet effort du gouvernement, la balle est maintenant dans le camp de la Direction générale de la concurrence et de la consommation. Ce du fait que c’est elle qui est chargée du suivi et du respect de cette mesure afin que les populations, pour lesquelles elle a été mise en place, en profitent réellement.