Il entre dans le cadre de la mise en œuvre d’une nouvelle gestion des pêches tenant compte des impacts climatique et de la pollution.

 

Le 10 août dernier, le gouvernement gabonais représenté par le ministre de l’Économie forestière, Estelle Ondo, et l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), à travers son représentant du Bureau sous-régional, Sagna Sankung, ont paraphé un nouveau programme de coopération.

La signature de ce partenariat s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau programme EAF-Nansen débuté en janvier 2017. Lequel programme consiste à appuyer la mise en œuvre de l'approche éco-systémique dans la gestion des pêches tout en tenant compte des impacts du climat et de la pollution.

Ce programme, d’un coût global de 24,6 milliards FCFA, devrait également permettre la mise en place d’un navire de recherche norvégien qui travaillera en partenariat avec les pays en développement afin d'obtenir des informations pour la gestion de leurs pêcheries. Tout en mettant un accent particulier sur des questions de durabilité et de menaces pour les écosystèmes marins.

En outre, a indiqué Sagna Sankung, « il continuera également à promouvoir le modèle de gestion de l'approche écosystémique des pêches, tout en cherchant à élargir la porte de ses travaux de recherche scientifiques pour intégrer les autres travaux de recherche et les résultats des campagnes qui vont bien au-delà des pures problématiques de la pêche ».