Le ministre d’Etat, en charge de la Forêt fonde sa satisfaction sur les nouvelles dispositions initiées par le gouvernement en la matière.

Pour le ministre d’Etat, en charge de la Forêt, de la Mer et de l'Environnement, Pacôme Moubelet Boubeya, les nouvelles mesures de suspension des attributions de nouvelles forêts communautaires sont satisfaisantes et vectrices d’un développement décentralisé. 

En effet, s’inscrivant dans le cadre des correctifs à apporter dans la gestion desdites forêts, la nouvelle approche de gestion de ces superficies forestières a permis à plusieurs associations d’améliorer la gestion des revenus issus de ces superficies forestières.

A preuve, fait-il savoir, dans la province de l’Ogooué-Ivindo, les résultats des cahiers de charges des plans simples de gestion satisfont les populations. On peut dans ce cadre, entre autres citer : la réfection du dispensaire à Balem Inzanza, la fourniture des machines à coudre et une formation aux jeunes filles à Laboko et la reconstruction du village à Aboka dans le département de la Lopé. 

De l’avis de Pacôme Moubelet Boubeya, « C’est tout le bien attendu de la foresterie sociale ». De manière technique, le ministre d’Etat entend à travers cette nouvelle gouvernance susciter l'appropriation par les populations de la gestion de leurs forêts pour qu'elles passent d'un mode de fonctionnement basé sur l'individu, la famille et le clan, à une organisation en communautés structurées et responsables.