Le nouveau dispositif mis en place à Ntoum va permettre de mieux contrôler les flux des produits forestiers en provenance de l'intérieur du pays. 

Le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet, accompagné du gouverneur de la province de l’Estuaire, Léonard Didérot Moutsinga Kébila et du maire de la commune de Ntoum, Juste Parfait Biyogho ainsi que certains de ses collaborateurs du gouvernement, a procédé à la mise en service d’un nouveau poste de contrôle des produits forestiers, dans la localité de Ntoum, mercredi 26 juillet 2017.

A cette occasion, il n’a pas manqué de souligner le caractère stratégique de cette unité. Il a ainsi rappelé que ce dispositif témoigne de la place primordiale qu’occupe la filière forêt-bois dans la politique de diversification de l’économie gabonaise. En outre, a-t-il poursuivi, en dotant les eaux et forêts d’un tel cadre de travail, les agents sont appelés à faire preuve de responsabilité dans sa gestion.

Faut-il le rappeler, la brigade de contrôle des produits forestiers est un projet entièrement financé par la Banque mondiale à travers un prêt d’appui aux politiques de développement pour la gestion des ressources naturelles.

Pour le ministre de l’Economie forestière, Estelle Ondo, « c’est un outil qui permettra de mieux contrôler les flux des produits forestiers venant de l’intérieur du pays ». L’objectif final étant notamment, la lutte efficace contre une exploitation forestière illégale, la réponse aux exigences en matière de traçabilité des produits forestiers du Gabon et la tenue de statistiques fiables.

La mise en service de cette brigade à Ntoum va également se traduire par la présence permanente des agents des Eaux et Forêts. Elle va permettre enfin de réguler l’exploitation forestière dans le département du Komo-Mondah, localité généralement sujette aux comportements peu « vertueux » de certains opérateurs économiques.