L’ONG Conservation Justice, par l’entremise de son directeur exécutif, Luc Mathot, vient de se plaindre auprès des autorités judiciaires de la société BGS pour exploitation forestière illégale.

Selon Conservation Justice, une organisation non gouvernementale spécialisée dans la protection de l'environnement, la société BGS Exploitation serait responsable de coupes du bois alors qu’elle ne dispose que d’une autorisation de récupération de bois abandonnés. Le constat aurait été établi à la suite d’une mission de police forestière menée dans la zone du village Ndoungou, près de Sindara le 24 février 2017, par les agents de la direction provinciale des Eaux et forêts de la Ngounié,k qui étaient appuyés par les ONG Conservation Justice et Muyissi Environnement.

Il est également reproché à la société BGS Exploitation Forestière de violer la bande forestière qui lui est officiellement attribuée. Selon le rapport des responsables des Eaux et forêts de la province, « cette société détenait une convention pour l’exploitation d’une bande forestière d’un kilomètres de part et d’autre sur l’axe routier Sindara-Ikobey-Mimongo village prévu pour une réhabilitation. Mais, qu’elle aurait volontairement dépassé la distance autorisée».

L’Ong locale Muyissi Environnement, partenaire de Conservation Justice, et les populations de la zone concernée s’apprêtent également à initier des plaintes dans le même sens, indiquent des sources proches de ce dossier.

Pour rappel, trois agents de la société forestière BGS Exploitation opérant dans le département de Tsamba Magotsi, province de la Ngounié, avaient récemment fait l’objet d’une interpellation par des éléments des Eaux et forêts et de la gendarmerie locale qu’accompagnait Conservation Justice. Il leur était reproché de violer plusieurs dispositions du code forestier et de la convention qui lie la société forestière BGS Exploitation au ministère des Eaux et Forêts.