En visite, le 27 septembre dernier à la scierie de Rougier Gabon, au village Mevang, à une soixantaine de kilomètres de Ndjolé, Ali Bongo a applaudi les efforts du Gabon en matière d’industrialisation de la filière bois, tout en appelant à plus de rigueur pour des résultats encore plus performants.

738.377m3 de bois transformés au Gabon, en 2017 avec, 10.000 emplois créés, ce sont les chiffres retenus par Ali Bongo, pour féliciter les acteurs de la filière bois et particulièrement, Rougier Gabon, pour son engagement à l’industrialisation de ce secteur, pilier important de la croissance économique du Gabon, tout en appelant à plus d’exigence pour de meilleures performances, notamment, la conquête du marchés internationaux.

C’était au cours de sa visite, ce 26 septembre à Rougier Gabon, au village Mevang, à une soixantaine de kilomètres de Ndjolé.

Même si pour lui, passer de 280.000m3 en 2009 à 738.377m3  est une « prouesse », celle-ci reste minime, au regard de l’ambition du Gabon qui est de « jouer dans la cours des grands ». Il faut donc, qu’en plus d’accroitre la production de bois transformé au Gabon, que les opérateurs s’engagent à faire de la qualité, un ‘’essentiel’’, pour se faire une place dans une économie mondialisée, avec la compétitivité comme cheval.

Seulement, pour ce faire, l’Etat, de son côté s’engage à prendre des dispositions pour accompagner les exploitants vers la certification FSC, comme c’est déjà le cas pour Rougier Gabon, pour qu’en 2022, toutes les concessions forestières, présentent au Gabon, soient certifiées, FSC.

Il faut souligner que, ces résultats de la filière bois, parte de la décision, en 2009, du Gabon, d’arrêter l’exportation de ces grumes, dans l’optique non seulement de diversifier son économie mais aussi, d’atteindre une industrie de bois forte.