Du fait des tensions de trésorerie, le groupe forestier français vient de déposer son bilan au tribunal de commerce de Poitier en France. 

Rougier, le groupe forestier français est enclin à de nombreuses difficultés de trésorerie persistantes au Cameroun depuis des années, a annoncé le 02 mars 2018 le dépôt de son bilan, au tribunal de commerce de Poitier qui statuera dans à peu près une semaine.

Selon le négociant, l’engorgement chronique du port conventionnel de Douala a profondément perturbé les activités des filiales camerounaise, congolaise et centrafricaine. Ces difficultés opérationnelles ont été accrues par la récente congestion du terminal à containers qui a conduit son opérateur à en limiter l'accès. Cette situation a provoqué d’énormes pertes qui ont conduit à des tensions de trésorerie persistantes, accentuées par le retard des remboursements des crédits de TVA des filiales opérationnelles africaines.

 Une situation qui a emmené le groupe à initier plusieurs mesures en interne pour faire face à cette crise, le spécialiste des bois tropicaux certifiés africains a engagé des discussions avec ses principaux créanciers en France dans le cadre de mesures de prévention des difficultés. De ce fait, il a, avec le soutien de ses principaux créanciers français, placer certaines sociétés françaises sous la protection du tribunal de commerce de Poitiers afin de mettre en œuvre les actions de restructuration identifiées.

Pour ce faire, le tribunal de Poitiers examinera ces demandes le 9 mars prochain. L’on se demande si cette traversée du déserte impactera les filiales africaines du groupe au point de plier bagages. Notons qu’au Gabon, le groupe compte, sept sites de production sur le continent africain, dont quatre au Gabon et près de 3000 emplois dont 97% en Afrique.