Le patron de l’agriculture gabonaise va saisir cette tribune pour décliner la politique agricole implémentée dans son pays. 

De sources proches de la présidence de la République, Ali Bongo Ondimba est attendu dans la Remboué cette semaine dans le cadre du lancement de la deuxième phase du projet Graine. 

Le Plan de relance agricole prévoit un volume d’exportations 20 fois plus élevé qu’à l’heure actuelle, ce qui permettrait de réduire en même temps les importations alimentaires de 73%. 

Le groupe indien veut développer des plantations pour produire plusieurs spéculations. Des projets qui devraient aider le pays à trouver son indépendance alimentaire tout en des dizaines de milliers d’emplois.

Le gouvernement va procéder aux indemnisations des populations affectées par ce projet qui vise la production de 10 000 tonnes de poulets par mois au Gabon.

Les acteurs du secteur agricole sont réunis dans la capitale depuis ce 28 juin et ce, jusqu’au 1er juillet 2017, afin de peaufiner les réflexions sur l’atteinte de la souveraineté alimentaire par le Gabon, les pites de la relance et la redynamisation de cette filière par l’accélération du programme GRAINE.

Le ministre de l’Agriculture a présenté aux partenaires au développement les axes de la redynamisation de l’agriculture en vue de bénéficier des divers appuis dont disposent leurs guichets. 

Le projet dédié à inciter les élèves à s’intéresser à l’agriculture a permis de récolter les premières feuilles d’amarante, un légume très prisé au Gabon.

Le projet d’appui au développement des statistiques agricoles au Gabon vise à développer un outil au service de prise de décision aussi bien au gouvernement qu’aux acteurs du milieu agropastoral.

Sa mise en place vise la prise en compte de toutes les problématiques liées à cette filière et à la gestion durable de la production du miel.

C’est le fruit d’une réflexion conjointe menée par l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) et la FAO.