Elle consiste en la mise en place d’un programme alimentaire qui tiendra compte de trois produits à  savoir : le riz, la volaille et le porc, en plus du programme GRAINE.

Les voies et les moyens pour la mise en œuvre de cette initiative, ont fait l’objet d’une étude, lors d’un atelier qui s’est ouvert récemment à Libreville.

Le bureau sous-régional de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en Afrique centrale, entend explorer toutes les pistes pour booster le secteur agricole dans la sous-région.

Une séance de travail allant dans ce sens, a eu lieu entre le ministre de l’agriculture Biendi Maganga-Moussavou et le représentant – résident de la FAO au Gabon, Hélder Muteia au siège local de l’institution, le mardi 24 avril 2018. 

Le thème desdits travaux tourne autour de la revue globale des objectifs de Malabo, qui visent à faire de l'agriculture comme facteur de réduction de la pauvreté.

Au cours de la première réunion bilan de la SOTRADER, pour le compte de l’année 2018, ouvert, le 17 avril dernier à Oyem, le directeur général de cette entreprise, Théophile Ogandaga a présenté une situation assez mitigée des activités de celle-ci, pour le compte de l’année 2017. 

Cette ambition a été matérialisée avec la signature, le 27 février 2018, d’un protocole d'accord entre les deux parties.

Cette disposition s’est traduite par la signature d’un accord avec Telefónica, l'une des plus grandes entreprises de télécommunication au monde, afin d’œuvrer en faveur du développement agricole, de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

Une accord de don a été signé entre les deux structures pour appuyer le renforcement de capacités des agriculteurs et insérés dans le programme GRAINE au Gabon. 

Plusieurs produits du monde agropastoral « made in Gabon » sont exposés durant la 6e édition de la Foire agricole de Libreville qui se tient jusqu’au 25 décembre 2017. Découverte. 

Elle contient 18 résolutions prises par les ministres en charge de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche dans les pays de la sous-région, et elle devrait servir de feuille de route pour le développement de ce secteur.