Le gouvernement va procéder aux indemnisations des populations affectées par ce projet qui vise la production de 10 000 tonnes de poulets par mois au Gabon.

Les acteurs du secteur agricole sont réunis dans la capitale depuis ce 28 juin et ce, jusqu’au 1er juillet 2017, afin de peaufiner les réflexions sur l’atteinte de la souveraineté alimentaire par le Gabon, les pites de la relance et la redynamisation de cette filière par l’accélération du programme GRAINE.

Le ministre de l’Agriculture a présenté aux partenaires au développement les axes de la redynamisation de l’agriculture en vue de bénéficier des divers appuis dont disposent leurs guichets. 

Le projet dédié à inciter les élèves à s’intéresser à l’agriculture a permis de récolter les premières feuilles d’amarante, un légume très prisé au Gabon.

Le projet d’appui au développement des statistiques agricoles au Gabon vise à développer un outil au service de prise de décision aussi bien au gouvernement qu’aux acteurs du milieu agropastoral.

Sa mise en place vise la prise en compte de toutes les problématiques liées à cette filière et à la gestion durable de la production du miel.

C’est le fruit d’une réflexion conjointe menée par l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) et la FAO.

Elle compte créer une synergie entre les stratégies sectorielles en vue d’améliorer durablement la sécurité alimentaire, nutritionnelle et sanitaire d’ici 2025 au Gabon. 

Cet argent va permettre d’implémenter les actions prévues dans le cadre des interventions de cet organisme onusien dans le pays pour les cinq prochaines années. 

La FAO et le ministère de l’Agriculture ont validé la Stratégie nationale de développement de l’horticulture dans les villes, laquelle vise à contribuer à la garantie de la sécurité alimentaire, notamment dans les villes qui connaissent une expansion démographique de plus en plus forte.

L’Institution européenne entend davantage se consacrer au financement de l’agriculture africaine.